We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

La DGSE recrute des spécialistes de jeux vidéo

3 1 6
08.01.2019

Les services de renseignement s’intéressent aux jeux en ligne multijoueurs, un moyen de recruter des spécialistes capables de comprendre et surveiller les nouveaux outils numériques.

Le progrès technologique a rendu très facile l’usage pour le grand public de plates-formes de messageries gratuites, que la DGSE et la DGSI cherchent à surveiller, voire à hacker. / Sezer66/Stock.adobe.com

Les jeux en ligne multijoueurs tels Fortnite, League of Legends, PUBG, World of Warcraft ou encore Counter Strike occupent des centaines de milliers de joueurs pendant de longues heures. Depuis peu, ils intéressent aussi les agents de recrutement des services de renseignement français.

Le Monde a ainsi relevé une offre de stage d’une durée de six mois mise en ligne par la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). La fiche de poste indique que les candidats devront maîtriser plusieurs langages de programmation informatique, mais aussi avoir comme « projet personnel extrascolaire » la pratique de jeux vidéo de guerre (wargames).

Leur mission, s’ils l’acceptent, consistera à mettre à jour des failles de sécurité dans ces jeux en ligne afin de trouver des moyens de surveiller les discussions entre joueur. « De plus en plus de personnes utilisent les jeux vidéo connectés afin d’en détourner leur utilisation première, indique l’annonce. En effet, les moyens de communication mis à disposition dans ces jeux sont utilisés de manière furtive afin d’échanger des informations spécifiques. Le ministère des armées s’intéresse donc à ces technologies et protocoles associés. »

L’intérêt pour les nouvelles technologies des services de renseignement n’est pas nouveau. Le progrès technologique a en effet rendu très facile l’usage pour le grand public de plates-formes de messageries gratuites, que la DGSE (sécurité extérieure) et la DGSI (sécurité intérieure) cherchent à surveiller, voire à hacker.

La France s’engage sur le terrain de la cyberguerre

Hier, ces technologies s’appelaient Myspace ou Second Life. Aujourd’hui, les grandes oreilles des renseignements français s’intéressent aux........

© La Croix