​Gramsci, fondateur du Parti communiste d’Italie (PCI) et penseur majeur de l’entre-deux-guerres persécuté par les fascistes, est cité et ressorti régulièrement depuis une vingtaine d’années afin de justifier une idée simple : pour gagner politiquement et être majoritaire, il faut d’abord remporter la « bataille des idées ». En réalité la chose est plus complexe dans ses écrits ; mais c’est la rançon de la popularisation d’une pensée qui rencontre un succès au-delà des seuls initiés que d’être résumé à quelques formules.

On se souvient de Nicolas Sarkozy le citant fièrement en 2007, affirmant avoir suivi sa méthode. Il aurait compris, lui, la fameuse « lutte pour l’hégémonie ». On peut s’étrangler d’une telle récupération.

Mais ce n’était complètement faux non plus ; et ce n’est pas tous les jours qu’un penseur marxiste est cité par un Président de la République. Toujours est-il que, d’une figure relativement peu connue, Gramsci est devenu un passage obligé.

QOSHE - Cnews, gauche intersectionnelle : pourquoi la gramscimania prend cher... et pourquoi il faut redécouvrir Gramsci - Jean Numa Ducange
menu_open
Columnists Actual . Favourites . Archive
We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Cnews, gauche intersectionnelle : pourquoi la gramscimania prend cher... et pourquoi il faut redécouvrir Gramsci

12 1
01.04.2024

​Gramsci, fondateur du Parti communiste d’Italie (PCI) et penseur majeur de l’entre-deux-guerres persécuté par les fascistes, est cité et ressorti régulièrement depuis une vingtaine d’années afin de justifier une idée simple : pour gagner........

© Marianne

Get it on Google Play