We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Primaire PS : voter, c'est amnistier

7 76 235
12.01.2017

En politique, un petit geste d'apparence anodine peut parfois être lourd de conséquences. Aller voter à la primaire PS qui débute, c'est symboliquement amnistier ceux qui sont les premiers responsables des mauvais coups portés depuis 2012. Nous ne sommes ni des poissons rouges dotés d'une mémoire de courte durée, ni des êtres sans culture. Cette primaire ne surgit pas du néant. Chacun de ses acteurs doit être jugé à la lumière de ses actes concrets lorsqu'il était ministre de François Hollande et non sur ses promesses. Sans quoi, ce débat d'à peine onze jours ne sera qu'un fumeux concours Lépine (ou plutôt l'épine et sans la rose) de propositions politiques portées par des hommes, et une femme, qui n'ont jamais cherché à les mettre en œuvre lorsqu'ils étaient en responsabilité. Ou même souvent qui ont fait l'inverse.

Cela saute aux yeux. Cette "primaire" n'est qu'un débat interne au PS, parti en pleine décomposition, foudroyé par son détestable exercice du pouvoir, n'ayant aucun programme pour cette élection présidentielle. Ce n'est plus qu'un simple congrès ouvert décidant pour demain de rapports de force à l'intérieur d'un appareil très impopulaire. Cette primaire ne rassemble pas, elle divise. Au nom de quel masochisme faudrait-il y participer puisqu'aucun de ceux qui concourent ne peut l'emporter en avril et mai? Laissons-les donc entre eux. La médiatisation de ce débat, et le lassant matraquage qui l'accompagne, n'en changera pas la nature. Il est d'ailleurs assez antidémocratique que les médias lui accordent autant d'importance, alors qu'il est évident qu'il en aura beaucoup moins dans les urnes du mois d'avril.

D'ailleurs, il est mensonger de parler de "Primaire de la gauche" comme le font abusivement certains journalistes ou responsables politiques. En nommant mal les choses, on trompe. Il faut dénoncer cette volonté d'embrouiller le citoyen pour tenter d'empêcher que s'exprime la juste sanction des électeurs. C'est ensuite très méprisant pour la quasi-totalité des formations se réclamant de la gauche qui n'y participent pas, soit parce qu'elles l'ont refusé, soit qu'elles en ont été exclues. C'est enfin une nouvelle manifestation de l'arrogance intellectuelle solférinienne qui consiste comme toujours à penser que tout doit tourner autour du nombril du PS.

Que personne ne se laisser enfumer. Quel que soit le vainqueur de la Primaire, la très grande majorité des candidats aux législatives qu'il soutiendra seront les mêmes qui ont soutenu les politiques menées depuis 2012 ! Par.....