Chêne-Bougeries, 21 novembre

Tu viens d’un pays lointain et, depuis ton arrivée en Suisse il y a quatorze ans, tu n’avais pas d’autre choix que de faire des ménages pour vivre et nourrir tes enfants restés au pays.

Tu as galéré pendant des années à Genève, sans pouvoir exister vraiment, car tu travaillais au noir, sept jours sur sept. En 20L7, grâce à l’opération Papyrus, avec le permis B, tu as pu être régularisée et retrouver ton identité,

Depuis, l’assurance maladie, d’un prix exorbitant te ponctionne une grande partie de ton budget.

Tu es toujours restée digne et honnête et n’as jamais demandé la moindre aide sociale. Tu as dû déménager plusieurs fois de chambre en chambre, mais dois quitter précipitamment la dernière, louée à une dame nonagénaire, vu qu’elle va en EMS.

Juste avant l’hiver, tu te retrouves à la rue.

À 50 ans, tu aspires légitimement à pouvoir vivre enfin de façon indépendante dans un petit studio correspondant à ton salaire, où tu pourras cuisiner et économiser sur les repas, mais ton dossier soumis à différentes régies passe systématiquement sous la pile, les gros revenus ayant la priorité, même avec un garant. C’est le chemin de croix pour se loger; les régies sont impitoyables avec les dossiers un peu moins étoffés.

Une fois, tu as cru que ta chance arrivait et quelqu’un de haut placé appuyait ton dossier qui, finalement, a été refusé par le propriétaire.

Quand l’argent remplace le cœur, que faut-il faire pour mériter le droit d’habiter à Genève?

Patrick Perrinjaquet

Vous avez trouvé une erreur?Merci de nous la signaler.

QOSHE - Les illusions perdues - Courrier Des Lecteurs
We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Les illusions perdues

8 0 0
28.11.2022

Chêne-Bougeries, 21 novembre

Tu viens d’un pays lointain et, depuis ton arrivée en Suisse il y a quatorze ans, tu n’avais pas d’autre choix que de faire des ménages pour vivre et nourrir tes enfants restés au pays.

Tu as galéré pendant des années à Genève, sans pouvoir exister vraiment, car tu travaillais au noir, sept jours sur sept. En 20L7, grâce à l’opération Papyrus, avec le permis B,........

© Tribune de Genève


Get it on Google Play