Dans son brillant ouvrage, Si l'Europe n'existait pas (L’Observatoire), Nathalie Loiseau l’affirme. Elle n’appartient « ni au camp des fédéralistes, ni à celui des "eurobéats" ». Qu’est-ce que ce serait si c’était le cas ? Pour l’eurodéputée, en effet, l’Union européenne (UE), qu’elle confond sciemment avec l’Europe, est la solution à tout, que ce soit la crise climatique, l’immigration ou encore les problèmes économiques. L’UE ne serait qu'« une forme de souveraineté augmentée qui ne retranche rien, qui additionne seulement ». À se demander comment autant de citoyens européens ne s’en sont pas encore rendu compte.

Certes, l’ex-ministre s’essaye bien à quelques concessions, mais uniquement pour la forme. « Que vient-on encore nous rebattre les oreilles de l’Europe qui protège ? (…) Voyez, amis lecteurs, je lis dans vos pensées », annonce-t-elle en introduction. Dommage qu’elle n’en tienne aucun compte.

L’un des grands atouts du livre est que la députée européenne a décidé de parler vrai, au diable la langue de bois : « Disons-le tout de suite, car on le dit rarement, Ursula von der Leyen a été exceptionnelle ». On se demande bien pourquoi on ne le dit pas plus souvent. Nathalie le sait, c’est parce qu’elle a été victime de sexisme : « Aucun homme ne subirait les quolibets qu’elle reçoit. » En effet, Juncker était adoré, et lorsqu’il était critiqué, « on ne s’en prenait jamais à Juncker lui-même, on attaquait son homme de l’ombre, l’Allemand Martin Selmayr », dont tout le monde – c’est-à-dire près de dix personnes – apprendra son existence en lisant ce livre.

QOSHE - On a lu le livre de Nathalie Loiseau : si elle n’existait pas, il serait urgent de ne pas l’inventer - Samuel Piquet
menu_open
Columnists Actual . Favourites . Archive
We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

On a lu le livre de Nathalie Loiseau : si elle n’existait pas, il serait urgent de ne pas l’inventer

11 1
27.03.2024

Dans son brillant ouvrage, Si l'Europe n'existait pas (L’Observatoire), Nathalie Loiseau l’affirme. Elle n’appartient « ni au camp des fédéralistes, ni à celui des "eurobéats" ». Qu’est-ce que ce serait si c’était le cas ? Pour l’eurodéputée, en effet, l’Union européenne (UE), qu’elle confond sciemment avec l’Europe, est la solution à tout, que ce soit la crise climatique, l’immigration ou........

© Marianne


Get it on Google Play