We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

La dérive autoritaire de Trump se poursuit

3 9 68
19.02.2019

La déclaration d’urgence nationale pour la construction d’un mur à la frontière sud et d’autres événements récents remettent à l’ordre du jour une question que se posent légitimement plusieurs observateurs: la présidence de Donald Trump est-elle un exemple de dérive autoritaire?

En ce jour de la Fête des présidents chez nos voisins, il convient de rappeler ce que les pères fondateurs de la république américaine souhaitaient éviter que la présidence devienne l’instrument d’un individu aux visées autocratiques. Depuis l’élection de Donald Trump à ce poste, cette inquiétude a été maintes fois exprimée. Parmi les penseurs sérieux qui ont exprimé cette inquiétude, la préoccupation principale n’est pas l’usurpation du pouvoir par une prise de contrôle soudaine et violente de l’État, mais le glissement tranquille vers l’autoritarisme.

Au mitan du premier mandat de Donald Trump, qu’en est-il de cette dérive autoritaire? Peut-on en voir encore les traces? Les événements des derniers jours portent à croire que ces craintes demeurent justifiées.

La mort des démocraties

Il y a quelques mois, je soulevais cette question en référence à l’ouvrage de Steven Levitsky et Daniel Ziblatt, How Democracies Die. («La démocratie américaine en péril?») Cet ouvrage vient tout juste de paraître en français sous le titre La mort des démocraties.

Dans ce billet, j’expliquais sommairement les quatre grandes catégories de signes précurseurs d’une dérive autoritaire. L’ouvrage de Levitsky et Ziblatt relève de multiples indices qui font craindre une dérive autoritaire aux États-Unis, selon une dynamique qui a mené à l’échec de nombreuses expériences démocratiques ailleurs dans le monde et à travers l’histoire. Ici, je ne ferai que relever dans l’actualité très récente des exemples qui suggèrent que l’analyse de........

© Le Journal de Montréal