We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Coupe du monde de basket: Et si c'était l'année pour battre les États-Unis?

4 0 0
31.08.2019

BASKET - Ils s’appellent Joe Harris, Mason Plumlee, Derrick White ou Myles Turner. Et à moins de suivre avec assiduité la NBA, ils sont encore loin de pouvoir être évoqués aussi aisément dans une conversation que leurs glorieux aînés, les Michael Jordan, Shaquille O’Neal, Kobe Bryant ou Magic Johnson.

Ce sont pourtant, avec huit autres coéquipiers, les joueurs qui ont été choisis par la fédération américaine de basket-ball pour mener les États-Unis lors de la Coupe du monde qui débute ce samedi 31 août en Chine. Une armada double tenante du trophée et triple championne olympique en titre dont la renommée n’est plus à faire.

Pourtant, au premier jour du Mondial chinois, jamais depuis des années le puissant “Team USA” n’avait paru aussi friable. En effet, pour la première fois depuis bien longtemps, les autres équipes engagées dans la compétition semblent pouvoir légitimement viser l’or, elles qui avaient pris l’habitude de se disputer uniquement la deuxième place derrière les intouchables stars de la NBA. Le HuffPost vous explique les raisons de ce changement de paradigme inattendu.

Mieux vaut le reconnaître d’emblée: en basket, la Coupe du monde n’a pas l’aura des Jeux olympiques, la compétition internationale reine de ce sport. Et pour cette raison, les têtes d’affiche américaines ont pris l’habitude de se préserver lors des mondiaux, laissant régulièrement les seconds couteaux défendre les couleurs de l’Oncle Sam. Mais de là à envoyer une escouade aussi faible que cette année... (Même si tout est relatif, et que n’importe quelle autre sélection serait probablement ravie de compter sur les joueurs américains.)

Ainsi, seuls deux des joueurs de la Team USA ont été sélectionnés lors du dernier All-Star Game, le rendez-vous des 24 basketteurs les plus performants de la saison en NBA (le meneur Kemba Walker et l’ailier Khris Middleton). De nombreux experts comparent même le panel de joueurs de 2019 à celui de 2002, date à laquelle les États-Unis avaient terminé le Mondial à une infamante sixième place, le pire résultat de leur histoire.

Team........

© Le Huffington Post