We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Piraterie, collisions et coups de pression: les tankers habitués des eaux troubles

1 0 0
14.06.2019

INTERNATIONAL - Les navires-citernes, ou tankers, comme ceux attaqués jeudi 13 janvier en mer d’Oman, naviguent sur des mers agitées entre risques de piraterie, de collision et, désormais, d’éventuelles attaques géopolitiques.

Quelque 60 millions de barils de produits pétroliers voguent chaque jour par bateau, selon l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA).

Et environ un tiers d’entre eux passe par le détroit d’Ormuz, le principal point de trafic de pétrole au monde qui relie le Golfe persique à la mer d’Oman, là où ont eu lieu les attaques mercredi. La plupart des exportations de brut de l’Arabie saoudite, de l’Iran, des Émirats arabes unis, du Koweit ou de l’Irak y transitent. C’est aussi la principale voie pour le gaz naturel liquéfié exporté par le Qatar.

Les autres grands passages stratégiques, à retrouver sur la carte ci-dessous, sont le détroit de Malacca, entre Singapour et l’Indonésie, suivi du Canal de Suez, en Egypte, et du détroit de Bab el-Mandab, reliant la mer Rouge au golfe d’Aden.

Ces corridors rendent les navires “vulnérables aux vols des pirates, aux attaques terroristes, aux........

© Le Huffington Post