We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Comment aborder le sujet des agressions sexuelles avec vos enfants

5 5 104
16.02.2019

SOCIÉTÉ- Le 16 janvier 2018, le monde découvrait les témoignages éprouvants de 169 femmes et de leurs familles, dont les vies avaient été bouleversées par les agressions sexuelles perpétrés par Larry Nassar, l'ex-entraîneur de gymnastique de l'Université d'Etat du Michigan.

Des affaires comme celle-ci ne font qu'accroître le souci des parents et des tuteurs de protéger leurs enfants d'une horreur qui n'est hélas que trop fréquente.

Les agressions sexuelles sur mineur sont un sujet effrayant, mais qu'il est nécessaire d'aborder avec les enfants. Heureusement, il existe des moyens adaptés à chaque tranche d'âge pour évoquer les concepts qui les aideront à rester en sécurité et les inciter à en parler si leurs limites personnelles ne sont pas respectées.

Le HuffPost a interrogé des éducateurs sexuels pour savoir comment évoquer le sujet avec les enfants, de leur plus jeune âge jusqu'à l'adolescence, et comment identifier les situations préoccupantes et y faire face le cas échéant.

Les parents peuvent poser des jalons pour apprendre à leurs enfants à éviter les situations d'agressions sexuelles dès la petite enfance, explique l'éducatrice sexuelle Melissa Carnagey. Désigner les parties génitales par leur véritable nom au lieu d'utiliser de mignons petits surnoms leur apprend à s'exprimer clairement sur eux-mêmes et sur leur corps.

"Ainsi, les parents créent un environnement ouvert et libéré de tout sentiment de honte concernant les questions relatives au corps", ajoute-t-elle. "Par la suite, à mesure que l'enfant grandit, ils peuvent l'aider à comprendre les notions de limites corporelles et de consentement, en l'écoutant lorsqu'il dit 'non' ou 'arrête', et l'importance de respecter les limites des autres."

"Les conversations préventives avec les jeunes enfants sur la question des agressions sexuelles ne sont généralement pas centrées sur ce sujet", précise la professeure d'éducation sexuelle Kim Cavill, qui encourage les parents à leur enseigner les vrais noms des parties du corps, évoquer avec eux les concepts d'autonomie corporelle, d'intimité, d'espace privé, leur apprendre à dire "non" et leur expliquer la différence entre un secret et une surprise.

"L'autonomie corporelle signifie que chaque personne est maîtresse de son corps et libre de décider ce qu'elle en fait, du moment qu'elle ne l'utilise pas pour faire du mal à autrui ou à elle-même", indique la spécialiste. "Évoquer l'intimité corporelle, c'est d'abord apprendre aux enfants que certaines parties de leurs corps sont privées et que les autres ne doivent pas les voir ni les toucher. Les médecins devraient toujours demander la permission avant d'examiner les parties intimes, et le faire en présence d'un adulte de confiance."

La notion d'"espace privé" fait partie des normes sociales à enseigner à l'enfant: comment se mettre en maillot de bain à la piscine, comment se comporter dans les toilettes publiques, comment changer de vêtements à l'école, etc.

"Les enfants n'osent pas toujours dire 'non', surtout aux adultes, parce qu'on leur demande souvent d'être obéissants", rappelle-t-elle. "Il faut leur expliquer clairement comment établir des limites personnelles et les encourager lorsqu'ils le font, même si cela nous met dans une situation inconfortable, comme quand ils refusent de faire un câlin à quelqu'un qui leur offre un cadeau d'anniversaire, par exemple."

"Quand les enfants savent nommer leurs émotions et les reconnaître chez les autres, cela leur donne la capacité d'exprimer leurs besoins, de ressentir de la compassion pour autrui et d'écouter les signaux qu'ils reçoivent de leur corps, surtout quand quelque chose ou quelqu'un les met mal à l'aise", reprend Melissa Carnagey.

"Il est important de parler de ce qui est agréable ou désagréable au quotidien", recommande l'éducatrice sexuelle Lydia Bowers. "Avec des phrases comme 'J'aime bien quand tu me fais un câlin, ça me réchauffe à l'intérieur' ou 'Je n'ai pas aimé quand il a pris ma poupée, ça m'a mis(e) en colère', les enfants acquièrent le vocabulaire nécessaire pour décrire leurs sentiments, ce qui permet de savoir s'ils se sentent en........

© Le Huffington Post