We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

(Re)découvrez ces films américains bloqués du domaine public pendant 20 ans

5 0 0
03.01.2019

CULTURE - Rendre à César... jusqu'à ce qu'il y ait prescription. C'est le principe du cadeau que se fait chaque nouvelle année l'humanité en faisant tomber dans le domaine public, 70 ans après la mort de leur auteur, certaines œuvres de l'esprit (livres, films, chansons) autrefois protégées par le droit d'auteur.

Depuis le 1er janvier 2019 en France (sauf exceptions), chacun sera alors libre de citer, reproduire, déformer ou d'éditer- entre autres- toutes les œuvres dont l'auteur s'est éteint en 1948 (ou avant) sans rien demander à personne et surtout sans avoir à payer aucun droit d'auteur.

Toutes? Non! Un pays peuplé d'irréductibles lobbys du droit d'auteur résiste encore et toujours au domaine public: les Etats-Unis. Une réforme de 1998 prolongeant outre-Atlantique les droits d'auteur de 75 à 95 ans après leur publication bloquait depuis vingt ans l'entrée de plusieurs œuvres publiées à partir du 1er janvier 1923.

Un gouffre temporel essentiellement creusé sous l'impulsion du géant Disney (fondé en 1923), alors soucieux de protéger coûte que coûte son icône Mickey (parue pour la première fois en 1928 dans le dessin animé "Steamboat Willie", il aurait dû tomber dans le domaine public en 2013) dans les griffes des Creative Commons.

C'est donc avec 20 ans de retard qu'une ribambelle de films muets américains pourront être adaptés, cités ou simplement détournés librement (encore et toujours sauf exceptions). Le HuffPost vous propose de (re)découvrir les versions Blu-ray de ces classiques du cinéma d'un autre temps, des films muets qui ont fait et continuent de faire parler d'eux.

Certains d'entre eux sont déjà disponibles en intégralité sur les plateformes vidéo comme Youtube ou Viméo. Vous pouvez également les rechercher sur des bases de données dédiées comme "Public Domain Movies" ou "Archive.org."

C'est l'un des plus longs courts métrages du cinéaste "et il a reçu un accueil mitigé du........

© Le Huffington Post