We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Gilets jaunes: la majorité à l'épreuve de la droitisation du gouvernement

4 5 208
16.02.2019

POLITIQUE - C'est une idée pas franchement "nouveau monde." En déplacement ce vendredi 15 février dans le Finistère, Edouard Philippe s'est dit favorable à la mise en place de "contreparties" aux aides sociales en France. Un sujet qu'il a qualifié lui-même d'"explosif" et qui pourrait finir de semer la zizanie dans la majorité, alors que les signes de la droitisation du gouvernement se multiplient depuis l'éclosion de la crise des gilets jaunes.

"Moi, ma conviction personnelle c'est que compte tenu de l'importance de nos mécanismes de solidarité, compte tenu de nos finances publiques, compte tenu de la situation d'un pays qui est en croissance mais qui reste avec un taux de chômage élevé, il faut qu'on s'interroge sur ces contreparties, il faut que l'on regarde ce qu'on peut réfléchir avec nos concitoyens comme contrepartie au versement obligatoire", a déclaré le chef du gouvernement Le Premier ministre lors d'une réunion avec des élus locaux et des dirigeants de PME à Plomordiern, petit bourg breton, dans le cadre du grand débat.

Une "conviction personnelle" qui plaît davantage à la droite qu'aux membres de la majorité. Non seulement l'idée n'a pas été accueillie par un torrent de soutien de la part des élus LREM, mais une des leurs, la députée de l'Ain Olga Givernet s'est fendue d'un communiqué regrettant que "le premier ministre se serve de ce cadre pour glisser des idées qui lui sont propres et qui n'engagent en aucun cas la majorité."

La députée........

© Le Huffington Post