We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Keynes à la rescousse du Liban

2 2 1
11.02.2020

En définitive, la faillite n'est qu'un phénomène comptable, et la croissance qu'une affaire de confiance. Sinon, pourquoi la Banque du Japon serait-elle à elle seule propriétaire de la moitié de son marché obligataire national et pourquoi ses avoirs en obligations et actions de son pays atteignent-ils 100% de son PIB ? Sinon, pourquoi la Réserve fédérale américaine serait-elle intervenue en 2008 à coup de 800 milliards de dollars au lendemain de la faillite de Lehmann afin d'endiguer une crise du crédit sur le point de paralyser la finance et l'économie mondiales ? Et pourquoi se serait-elle aventurée, entre 2008 et 2017, dans de multiples programmes de baisses de taux visant uniquement à injecter des liquidités dans le système ? Pourquoi la Banque de Chine arrose-t-elle de liquidités ses opérateurs financiers à l'occasion de la réouverture de ses marchés le 3 février 2020 après une fermeture forcée de plus de dix jours du fait de l'épidémie due au coronavirus ? À l'inverse, comment ne pas oublier les résistances allemandes à l'encontre de l'ancien président de la Banque centrale européenne qui fut vilipendée pour rompre avec l'orthodoxie, c'est-à-dire tout simplement pour inonder les divers intervenants de liquidités dans le seul but de rompre avec la spirale déflationniste ?


Pourquoi le Liban serait-il différent et en vertu de quelle règle........

© La Tribune