We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Risques psychosociaux : des questions en suspens que le procès France Télécom pourrait tra...

5 5 0
31.05.2019

Pourquoi le procès en cours pour « harcèlement moral » des cadres de France Télécom a-t-il tant d'importance, 10 ans après la vague de suicides qui a touché l'enteprise ? Quelles peuvent en être les conséquences ? Le dialogue de sourds qui semble se tenir entre l'ancien PDG Didier Lombard et les parties civiles est la traduction de nombreuses interrogations qui restent encore sans réponse en matière de risques psychosociaux (RPS) au travail et de leur prévention. Les conclusions de ce procès ne seront donc pas uniquement l'épilogue d'une douloureuse affaire propre à l'entreprise : elles apporteront sans doute aussi des réponses à plusieurs questions, avec des retentissements qui dépasseront certainement largement les frontières du groupe de télécommunications.

La loi oblige les organisations françaises à préserver la santé mentale de leurs salariés. Cependant, il n'existe pas à ce jour de définition juridique du stress, des risques psychosociaux, du burn-out ou encore de la santé mentale au travail. Les organisations doivent pourtant répondre à de nouvelles obligations plus contraignantes en matière de prévention.

Pour faire face à cette pression réglementaire, les entreprises doivent arbitrer entre différentes définitions difficilement compatibles entre elles. Aujourd'hui et au regard des actions mises en place dans les organisations, on peut constater qu'elles s'inscrivent très largement dans une définition centrée avant tout sur l'individu : partant du postulat que chaque salarié réagit de manière spécifique à un même facteur de stress, repérer les situations de RPS repose alors sur l'identification des personnes « les plus fragiles ». En conséquence, la prévention passe par un accompagnement de ces publics. Ici, on cherchera à davantage adapter l'homme à son environnement de travail (par exemple une formation sur la gestion du stress ou un suivi psychologique).

Une deuxième approche........

© La Tribune