We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Énergies renouvelables : comment soutenir efficacement les projet...

4 0 0
07.06.2019

Le développement des énergies renouvelables (ENR) représente l'un des piliers de la stratégie française de transition énergétique. Afin d'atteindre les objectifs ambitieux fixés à l'horizon 2030 - soit 32 % d'énergie renouvelable dans la consommation finale d'énergie, 40 % pour l'électricité -, la nouvelle Programmation pluriannuelle de l'énergie indique qu'il faudra doubler les capacités d'énergies renouvelables électriques installées entre 2017 et 2028 dans l'Hexagone.

Au-delà du défi technique et économique, ce développement soulève un enjeu important en matière d'acceptation locale des projets. Dans ce cadre, les projets participatifs d'énergies renouvelables représentent un modèle particulièrement innovant et dynamique, porté par deux approches complémentaires. Ces initiatives ont fait l'objet d'une toute récente étude de l'Iddri dont nous reprenons ici les principaux enseignements.

À lire aussi : Changement climatique : comment sortir de « l'âge des fossiles » ?

Il y a tout d'abord l'émergence de projets citoyens, fondés sur une implication durable des habitants et collectivités locales dans la gouvernance et le financement des projets. Ces initiatives sont pour la plupart soutenues par l'association Énergie partagée qui comprend à la fois un fonds d'investissement citoyen et une activité d'aide au montage des projets. En dépit de l'accélération observée ces dernières années - 300 projets recensés en 2018 en France, contre 160 en 2015 -, ils représentent pour l'instant une niche de faible ampleur dans le marché national.

Selon une étude de l'Ademe, l'éolien citoyen représentait environ 3 % des capacités totales installées en France jusqu'en 2016, et 1 % pour le photovoltaïque. Des chiffres encore très éloignés de l'Allemagne, où 43 % des capacités totales d'ENR électriques sont détenus par les citoyens (32 %) et les agriculteurs (11 %).

Il faut également noter la multiplication des opérations de financement participatif pour des projets ENR de grande envergure, portés par des développeurs industriels via les plates-formes de financement participatif........

© La Tribune