We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Le "hardware", la partie immergée de l'IA-ceberg

3 29 0
17.06.2019

Il y a quelques semaines, Elon Musk dévoilait avec fierté la toute dernière création de Tesla : une puce baptisée FSD. Selon lui, celle-ci devrait permettre aux véhicules de la marque d'accéder à l'autonomie complète d'ici quelques mois, affirmation aussitôt mise en doute par son ancien fournisseur, Nvidia, qui en a profité pour vanter son propre système intégré consacré à la conduite autonome. S'il est difficile de trancher cette polémique, elle aura au moins eu un mérite : mettre en lumière l'importance cruciale du hardware pour les applications de l'intelligence artificielle (IA). En réalité, en cherchant à développer sa propre puce spécialisée dans l'IA, Tesla ne fait que rejoindre la plupart des grands noms de la technologie. Depuis l'iPhone 8, Apple intègre à ses puces ce qu'il appelle un « Neural Engine ». Google a, de son côté, spécifiquement conçu une puce baptisée Tensor Processing Unit (TPU) pour sa plateforme de machine learning TensorFlow.

Amazon a procédé à plusieurs acquisitions en ce sens pour renforcer les capacités de son enceinte connectée Echo, tandis que Facebook a également fait part de ses intentions en la matière. De leur côté, les spécialistes du semi-conducteur ne sont pas en reste, à l'image d'Intel, qui a procédé à d'importantes acquisitions ces dernières années (Nervana, Mobileye) ou de Samsung,........

© La Tribune