We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Le double paradigme du règne de l’incertitude

3 8 15
08.09.2020

Comme un malade auquel l'on apprend qu'il est touché par une maladie le condamnant à court terme, le monde s'est engagé depuis mars dans le modèle de Kübler-Ross, qui comprend cinq étapes : le déni, la colère, le marchandage, la dépression puis l'acceptation. Selon toute vraisemblance, nous sommes actuellement dans la phase de marchandage, retenant notre souffle en attendant un hypothétique vaccin dont personne ne peut prédire avec certitude la date de sortie. Face à l'« infobésité » contradictoire et perpétuelle qui caractérise cette pandémie, certains ont même réussi à se forger une carapace aussi épaisse que dure afin de ne plus être aux prises avec les milliers de conjectures qui émaillent l'évolution du virus. C'est là une des propriétés bien connues du cerveau humain, et en même temps l'un de ses défauts. Pour se protéger de chocs externes importants, il reconstruit une réalité plus « acceptable » afin d'éviter de sombrer dans la dépression.

En clair, une bonne partie de l'opinion publique tente de se rassurer comme elle peut en s'accrochant aux lueurs d'espoir fussent-elles infinitésimales. Le débat autour de l'utilisation de la chloroquine participe de ce phénomène. Sans avoir lu les documents scientifiques relatifs à cette molécule, des millions de « partisans » de ce médicament ont pris fait et cause en faveur de sa généralisation. Le vaccin russe a également généré une vague d'enthousiastes sans que ne soit publiée aucune........

© La Tribune


Get it on Google Play