We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

La solitude du pêcheur de l’île de Ré

4 0 0
09.12.2019

Que cachent les grandes tensions sur le commerce international ? Sommes-nous à l'aube d'un « grand soir » qui remettrait les barrières tarifaires au premier plan des échanges, ou bien assistons-nous à une nouvelle guerre froide économique entre les États-Unis et la Chine qui traduit le déclin de l'Oncle Sam et l'irrésistible ascension de l'Empire du Milieu ? Pour le Centre d'Etudes Prospectives et d'Informations Internationales (CEPII) , qui vient de publier son ouvrage annuel « L'économie mondiale 2020 » , le commerce international serait ni plus ni moins qu'en crise « systémique », du fait de la conjugaison de trois changements majeurs.

La première rupture identifiée par le centre est le « retournement des avantages comparatifs et l'importance renouvelée des subventions », qui se traduit par un basculement de l'avantage comparatif des pays riches vers les services. Elle est accompagnée d'une montée en puissance des pays en développement ou émergents dans l'industrie manufacturière. En bref, les industries manufacturières se sont déplacées vers les pays où elles disposaient d'un coût du travail plus avantageux et de subventions accordées par des nations souhaitant développer un tissu industriel grâce aux Investissements Directs Étrangers (IDE). Or ceci perturbe les pays riches. Une illustration particulièrement éloquente de cette mutation est la récente sortie de Bruno Le Maire fustigeant les constructeurs automobiles de l'Hexagone qui ont installé des usines en Turquie, en Slovénie ou au Maroc. Pour le ministre de........

© La Tribune