We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

La promesse de l’aube de la tendresse économique

3 0 0
21.10.2019

En 1896, le monde a raté un virage. Si les réseaux sociaux avaient existé à l'époque, peut-être que le parcours économique de l'humanité en eu été changé à jamais. Après avoir connu la période d'expansion économique la plus rapide de l'histoire entre 1850 et 1880 grâce notamment à l'essor des chemins de fer et à sa force de frappe dans la fabrication de l'acier, l'Amérique connait à l'aube du XXème siècle une élection présidentielle déterminante, lors de laquelle deux conceptions du monde s'affrontent.

D'un côté, celui des démocrates, l'on trouve William Jennings Bryan, qui souhaite adjoindre à l'étalon or un autre métal, l'argent, afin de soutenir les travailleurs, sur fond de crise sociale et d'accroissement des inégalités. Bryan est un tribun hors pair, et il sillonne le pays à travers une campagne de proximité facilitée par le maillage ferroviaire. Là où il passe, il réunit des foules immenses acquises au bimétallisme.

Côté républicain, William McKinley est le champion des classes aisées et le défenseur du capital. Il fait campagne avec des moyens sans précédent à une époque où le financement de la politique n'est pas encadré. Il se raconte alors que le seul Rockefeller aurait fait une contribution de plus de 250 000$, une fortune pour l'époque. Parmi les soutiens de Mc Kinley, l'on compte outre les grands financiers de Wall Street, le banquier J.P Morgan et la plupart des capitaines d'industrie de la côte ouest des États-Unis et des grandes villes. Ces derniers assurent le service après-vente de la doxa conservatrice en soutenant le fameux « effet de ruissellement » (Trickle Down Effect). En bref, les démocrates promettent une meilleure répartition de la croissance alors insolente de l'Amérique, les républicains mettent en avant une plus grande vitalité de l'économie en conservant un dollar fort.

La suite est évidemment contre-intuitive. Le candidat républicain, pourtant dénué de charisme et faisant campagne "depuis son perron", l'emporte de manière écrasante. Peu avant les années 1900, ce pays qui est en........

© La Tribune