We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Guerre de l’eau autour du lac de Caussade

2 3 55
14.03.2019

Le tribunal administratif de Bordeaux examine, le 14 mars, la validité d’une retenue d’eau interdite par l’État, mais dont les agriculteurs achèvent la construction pour se prémunir des sécheresses.

En dépit du véto de l’État, les fermiers des environs creusent la retenue de Caussade. / MEHDI FEDOUACH/AFP

Lunaire, le paysage tranche avec les verdoyantes collines des environs. Un bulldozer terrasse le fond du cratère déboisé près du village de Saint-Pierre-de-Caubel. Talus de terre et de roches d’une dizaine de mètres de haut et de 400 de long, la digue sur le ruisseau Caussade est terminée. Voulue et financée, à hauteur d’un million d’euros, par la chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne, la retenue stockera 900 000m3. Objectif : irriguer 24 à 30 exploitations de noisetiers, maïs ou maraîchage, gourmandes en eau.

Débat : Va-t-on assister à une « guerre de l’eau » ?

La quarantaine d’agriculteurs concernés puise dans le Tolzac, un affluent de la Garonne alimenté par le Caussade. Or cette rivière « est à sec du 15 juin au 15 octobre », résume Patrick Franken, voisin du site et président de la Coordination rurale, le syndicat majoritaire dans le département. Face aux restrictions d’usage, il suffirait de stocker l’hiver « toute cette eau qui part à la mer » et de la relarguer l’été lorsque le Tolzac est à l’étiage.

Sur place, les membres de la Coordination rurale se relaient pour achever les travaux et surveiller les engins de location. Car le chantier est mené « en toute illégalité », rappelait, le 14 février, le ministre de l’écologie lors d’une rencontre avec les agriculteurs puis avec les associations........

© La Croix