We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Des « caméras piétons » pour lutter contre les agressions des agents SNCF

2 4 0
24.03.2019

Les agressions sont la deuxième cause d’arrêts de travail à la SNCF derrière les chutes… mais la première en Île-de-France. L’entreprise va expérimenter des caméras individuelles sur ses forces de police ferroviaire et voudrait le faire pour ses agents au contact du public

Les agressions envers les agents ont augmenté de 30 % en trois ans. / Romain Lafabregue/AFP

Avec 1 000 agressions par an, soit une augmentation de près de 30 % en trois ans, les violences envers les agents de SNCF Mobilités (la partie de la compagnie chargée d’exploiter les trains) sont devenues la seconde cause d’accidents entraînant des arrêts de travail, derrière les chutes. Elles sont même la première cause des arrêts de travail en Île-de-France.

« Contrairement à ce que certains pourraient penser, les comportements inacceptables concernent tout le monde, confie un cadre de l’entreprise. On a vu des cadres supérieurs dans des trains haut de gamme se conduire de manière scandaleuse. »

La SNCF va donc expérimenter dans les prochaines semaines des « caméras piétons » sur certains agents de sa police ferroviaire, la Suge (surveillance générale). Comme un moyen de dissuasion.

Pour la première fois depuis 6 ans, le train regagne des voyageurs

« Ces caméras, testées sur les forces de l’ordre, auraient fait baisser le nombre d’atteintes de 70 % », a expliqué jeudi 21 mars Alain Krakovitch, directeur général de SNCF Transilien, les trains de banlieue franciliens, lors de rencontres avec des journalistes à Strasbourg.

L’entreprise voudrait aussi en équiper des agents d’accueil ou de contrôle. Mais cela nécessite au préalable des expertises et des autorisations juridiques. « Une caméra fixe dans une gare ne pose pas de problème car elle filme un plan large, dit Alain Krakovitch. Une caméra piéton, elle, est destinée à filmer une personne en particulier… »

L’idée n’est pas que ces « caméras piétons » soient allumées en permanence mais que l’agent, en cas de tension, puisse les actionner tout en prévenant la personne en face.

L’autre grand fléau de la sécurité au travail, ce sont les chutes. Presque tous les deux jours en moyenne, un agent de SNCF Mobilités en fait une.........

© La Croix