We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Amazon détruit trois millions d’objets neufs en France chaque année

3 0 5
14.01.2019

L’émission Capital a révélé qu’Amazon détruisait chaque année trois millions de produits neufs. La secrétaire d’État à la transition écologique Brune Poirson veut rendre illégale ce genre de pratiques.

Tri des colis à l’entrepôt Amazon de Saran, près d’Orléans. Une enquête de Capital montre que l’entreprise détruit massivement ses invendus. / Philippe Wojazer/REUTERS

C’est une nouvelle atteinte à l’image d’Amazon en France. Le magazine Capital, diffusé dimanche 13 janvier sur M6, affirme que le géant de la vente en ligne a détruit près de 300 000 objets neufs en trois mois dans son entrepôt de Chalon-sur-Saône.

Le gaspillage sur les cinq sites installés en France pourrait atteindre au total 3,2 millions d’objets manufacturés, selon des syndicalistes CGT cités dans l’enquête.

Pour les besoins du reportage, un journaliste de la chaîne s’est fait embaucher en tant que manutentionnaire dans l’entrepôt de Saran (Loiret). Il a réussi à filmer de gros conteneurs destinés à la destruction d’objets neufs de toutes sortes, comme des couches, des jouets, des livres ou des téléviseurs.

Amazon poursuit son expansion en France

Ces mises à la benne concernent des produits stockés par des vendeurs tiers dans les entrepôts d’Amazon. Selon les contrats qui les lient, ces derniers louent le stockage de leurs biens à 26 €/m3. Une somme qui grimpe assez vite, pour atteindre 500 € au bout de six mois et 1 000 € au bout d’un an.

Pour éviter de payer ces fortes sommes et puisque les coûts de réexpédition, fixés là encore par Amazon, sont très élevés, les vendeurs, basés pour la plupart en Chine, préfèrent donc demander à la plate-forme de détruire leurs invendus.

Soldes, que deviennent les invendus ?

Interrogée par le magazine Capital, l’entreprise américaine indique travailler avec des associations telles que Dons Solidaires et les Banques alimentaires « pour les produits qui ne peuvent être revendus........

© La Croix