We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

« Le mot riche appartient au monde antimoderne »

2 0 0
04.03.2019

Pour le sociologue Alain Touraine, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (1), spécialiste des mouvements sociaux, la relation particulière des Français au pouvoir de l’argent s’enracine dans un vieux fonds de défiance religieuse.

Le sociologue Alain Tourraine en avril 2013. / Bruno Coutier/AFP

La Croix  : La défiance à l’égard des riches est-elle une caractéristique de la sociologie française ?

Alain Touraine : Non, je ne pense pas. Qu’un industriel talentueux, qu’un savant reconnu, qu’une personne qui a travaillé dur toute sa vie, gagne de l’argent est respectable et respecté. Ce qui entraîne des jugements négatifs, c’est que le mot « riche » ne dit rien sur l’origine de la richesse, mais évoque plutôt le pouvoir que l’argent confère et la condamnation qui va avec.

Cela renvoie à la vieille tradition chrétienne occidentale qui s’enracine dans l’Évangile : « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. »

Dans la conception chrétienne, l’homme doit se consacrer à gagner son salut. S’il s’occupe de gagner de l’argent, c’est mauvais signe car il ne fait pas ce que le Seigneur attend de lui. Autrement dit, le mot « riche » est chargé de connotations négatives parce qu’il fait partie d’un vocabulaire prémoderne ou antimoderne, dans un monde commandé par des valeurs religieuses.

La Révolution française et la passion égalitariste qui irrigue l’inconscient collectif national, jouent-elles également un rôle ?

A.T. : Je me méfie de cette interprétation car, que je sache, la Révolution française a été le fait de bourgeois qui se sont enrichis, notamment au détriment de l’aristocratie et du clergé. Je ne porterai pas au crédit de la Révolution française des valeurs de type économique, mais plutôt la notion de droit.

Ce que les députés du tiers état contestent, le 20 juin 1789, en déclarant, par le serment du jeu de paume, qu’ils sont réunis par la volonté du peuple, c’est le vieil ordre........

© La Croix