We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

À Toul, bien se nourrir même quand on est pauvre

3 15 26
08.03.2019

ATD Quart Monde expérimente avec des collectivités lorraines un programme pour favoriser l’accès des personnes précaires à une alimentation saine. Une question de santé mais aussi de dignité.

Des producteurs vendent leurs aliments de qualité accessibles à tous. / Terres de Lorraine

Fréquenter les supermarchés discount, repérer les bonnes affaires, congeler les produits au rabais car presque périmés… Allocataire du RSA, avec deux enfants à charge, Rosita, 42 ans, connaît bien ces astuces pour éviter de trop grandes privations. Souvent, elle a recours aux distributions alimentaires.

Alors ce vendredi 8 mars, elle aura beaucoup à dire au forum « De la dignité dans les assiettes », organisé à Toul par le Pays Terres de Lorraine (réunion de communautés de communes alentours), ATD Quart Monde et d’autres partenaires comme la Croix-Rouge. Une rencontre qui s’inscrit au cœur d’un projet lancé il y a deux ans dans le Toulois, « Se nourrir lorsqu’on est pauvre » qui a reçu le prix Essaimage du ministère de l’Agriculture et de l’alimentation.

Au total, 300 personnes sont attendues – chercheurs, responsables associatifs, agents de collectivités, élus – pour témoigner de leurs efforts et initiatives en faveur d’une alimentation de qualité, accessible à tous. Une charte doit être signée à cette occasion, avec pour principe la participation des publics concernés (non pas faire pour mais avec les personnes), qui pourrait essaimer en France.

Rosita, désormais bénévole aux distributions et aux collectes de la Croix-Rouge a déjà fait sien ce principe. Cet automne, elle a ainsi participé à deux journées de formation, avec des échanges – dont des jeux de rôle – entre acteurs locaux et bénéficiaires. Depuis, la Croix-Rouge a fait évoluer son épicerie sociale, en demandant leurs souhaits aux personnes : des avocats sont apparus dans les rayons, mais aussi le seul fromage autorisé dans le régime de l’un, ou la boîte de thon convenant aux intolérances d’un autre.

« C’est un travail de longue haleine, souligne le député Dominique Potier (PS, Meurthe-et-Moselle), également président du Pays Terres de Lorraine. Mais il est crucial de mettre les pauvres au cœur d’un projet de société où l’alimentation peut tous nous réconcilier ».

Les cinq principales mesures du plan pauvreté d’Emmanuel Macron

Pour que la mayonnaise prenne, le Pays et ATD ne se sont pas limités à un petit cercle de militants. Fin 2017, la Chambre d’agriculture a ainsi demandé aux producteurs........

© La Croix