We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Les noces de baloney

5 1 0
26.04.2019

Heureux quasi-mai à toi, lecteur­ urbain qui m’embrasse le texte à petits coups de cornées et de bisous. Je me sens poétesse, le printemps dans le fond des shorts et le cornet deux couleurs lichoté avec frénésie sur un banc de parc, tuque péruvienne sur le crâne et falle à l’air À LA SECONDE où la crèmerie de mon quartier a fait l’erreur d’entrouvrir sa porte.

OH, J’Y ÉTAIS. Nous y étions, deux cents faciès autocollés d’un sourire niais et de pupilles dilatées à l’idée de ne plus être en col roulé de givre et en traînées de sel sué bords de pantalon. Je vous dis qu’il n’y avait pas de bisbille ni l’ombre d’un début de possibilité d’escarmouche dans cette joviale file de foodies aux narines dilatées. Ni la faillite, ni........

© Journal Métro