We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Hier, l’avenir…

5 1 0
07.05.2019

Je suis né à Montréal dans les années 1960. J’ai été élevé dans une ville prospère et dans une province qui, comme les fusées américaines de l’époque, ne connaissait pas encore de limites. Une province qui avait toutes les raisons de rêver mieux, de croître et de découvrir qu’elle avait finalement les moyens de ses ambitions.

Suffisait d’y croire et de sauter dans le train. Une province dont la devise aurait pu être «Fonce et ne te retourne surtout pas».

Les slogans politiques du temps inspiraient la confiance et l’enthousiasme : «C’est le temps que ça change», «Maîtres chez nous», «Québec plus que jamais»… Les mots dits et chantés étaient signifiants, forts : «Désormais», «À partir d’aujourd’hui, demain nous appartient», etc.

À l’origine de cette révolution qu’on disait tranquille (!), tout était à faire et plus rien n’allait nous empêcher d’avancer. Fallait construire des écoles pour répondre à la demande. Ouvrir des cégeps afin de produire un nombre sans précédent de diplômés et mettre en place des universités qui........

© Journal Métro