We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Jours heureux : quand Pékin plaçait les deux millions de catholiques chinois sous sa protection

4 0 0
20.04.2019

Après l’épisode dramatique des Boxers, l’Église connut en Chine une croissance importante, passant de 750 000 fidèles en 1900 à plus de 1,4 million en 1912. L’essor concernait autant les églises que les œuvres sociales et éducatives. Pour ne prendre que deux exemples : en 1903 le jésuite Ma Xiangbo ouvre l’université Aurora à Shanghai et en 1913 le laïc converti Vincent Ying fonde à Pékin l’Académie Fujen, qui deviendra l’université catholique Furen.

La fin de l’Empire chinois, deux fois millénaire, ne vint pas entraver cette croissance. La dynastie des Qing qui régnait sur la Chine depuis 1644 s’effondra brutalement en 1911. Sun Yat-sen, médecin formé à Hong Kong, fortement inspiré par la démocratie américaine, avait mené une opposition au régime impérial depuis une vingtaine d’années. En octobre 1894, il avait fondé le Xingzhonghui (Société pour le redressement de la Chine) qui défendait la nécessité d’un changement de régime pour sortir la Chine de son immobilisme social et de son retard économique.

Une tentative de coup d’État l’année suivante le contraignit à l’exil en Europe, en........

© atlantico