We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV

4 0 0
22.04.2019

Le supplice final de François Ravaillac, le 27 mai 1610, commença à dix heures du matin pour s’achever vers 18 heures. Le criminel fut conduit depuis la Conciergerie dans la chambre de la buvette du Parlement pour y entendre l’arrêt rendu contre lui à l’issue de son procès et la description des tortures qu’il allait subir avant qu’on le laisse mourir. Puis on le soumit à nouveau à la « question » (la torture légale) pour lui arracher le nom de ses complices : les pieds écrasés dans les brodequins, il persista dans l’affirmation incroyable pour tous qu’il avait agi seul et reconnut l’horreur de son geste.

On le plaça dans la chapelle du palais de la Cité, avant de le reconduire à la Conciergerie où les autres prisonniers le huèrent et manquèrent de le lyncher. Il fut ensuite hissé sur un tombereau (une charrette découverte) qui roula jusqu’à l’entrée de Notre-Dame de Paris, au milieu d’une foule qui l’injuriait, lui jetait des cailloux et pressait les gardes pour tenter de le massacrer. Malgré l’escorte, il n’échappa pas à des coups, voire à des griffures et des morsures de femmes que la rage rendait folles. Il fit, devant l’entrée de Notre-Dame de Paris, amende honorable. En chemise, portant une torche de dix livres, il reconnut à nouveau le crime de parricide (l’une des appellations juridiques du régicide puisque le Roi est le père de ses sujets) accompli sur la personne du roi Henri IV et fut reconduit à la Conciergerie.

Puis, vers trois heures, on l’amena place de Grève sous les mêmes huées haineuses d’une foule en délire. La place était noire de monde, certains venus de loin, hommes et femmes, pauvres et nobles montés sur leurs chevaux. Un échafaud y avait été dressé. L’exécution commença : sa main droite (celle qui avait porté les coups meurtriers) fut brûlée au soufre, et il fut tenaillé sur tout le corps ; les bourreaux prenaient garde à le tenir éveillé et vivant. Lui ne cessait de clamer son regret d’avoir été........

© atlantico