We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Voilà pourquoi la création de sa propre monnaie par Facebook pourrait être une révolution pour l’économie mondiale et pour les États

4 3 0
12.06.2019

Michel Ruimy : Cette « monnaie », qui, pour l’instant, se nommerait « GlobalCoin », serait un actif numérique permettant aux plus de 2 milliards d’utilisateurs actifs de Facebook de s’échanger des fonds à travers le monde en passant par le réseau social et ses applications satellites (WhatsApp, Messenger et Instagram), de payer en ligne et dans la vie de tous les jours. Il devrait être indexé sur un panier de devises afin d’assurer sa stabilité.

Ce schéma soulève de nombreuses questions. Tout d’abord, celle de la fixation de sa valeur ? La valeur d’une monnaie découle, par convention, de sa valeur d’usage dans une communauté.

Aujourd’hui, celle-ci est forcée par la loi (il est interdit pénalement, en France, de refuser un paiement en euro). Le fait d’être indexé sur un panier de monnaies ne fait pas, a priori, de GlobalCoin unevéritable monnaie mais plutôt une sorte de dérivé de monnaies traditionnelles. Cette situation pourrait toutefois n’être qu’une première itération avant d’aller plus loin.

En effet, afin d’acquérir sa propre valeur d’usage, il suffirait à Facebook de proposer un ensemble de services utilisant cette monnaie, ainsi que des ponts avec des services externes. Plus encore, tant que l’utilisateur ne sort pas de l’« écosystème Facebook », GlobalCoin pourrait se suffire à lui-même en tant que monnaie. En d’autres termes, plus la gamme de services proposés au sein de l’écosystème sera importante, moins l’utilisateur aura intérêt à en sortir.

Facebook pourrait ainsi proposer la possibilité de transférer des fonds et / ou, des avantages alléchants aux commerçants, via Facebook Marketplace, pour l’imposer rapidement comme un moyen de paiement en magasin. Un réseau de bornes de retrait physiques pourrait être établi afin de permettre aux utilisateurs de gérer leurs fonds. Si les utilisateurs disposent d’un portefeuille mobile contenant des GlobalCoins, ils n’auront pas besoin d’utiliser de cartes bancaires pour leurs paiements. Visa et Mastercard seraient alors directement menacés...

C’est le modèle qu’a construit WeChat, sur lequel 80% des internautes chinois sont actifs. Ils y passent plus de la moitié de leur temps en ligne tant l’application permet de tout faire (envoyer des messages, poster des photos et vidéos, payer dans les magasins y compris les petites épiceries, commander un taxi, régler ses factures...), dans les villes comme dans les provinces plus reculées. Mais là où WeChat est resté fidèle aux monnaies traditionnelles, Facebook, lui, s’appuierait sur sa propre monnaie.

Cependant, GlobalCoin ne serait pas une cryptomonnaie à proprement parler, c’est-à-dire comme Bitcoin, Ripple..., car son fonctionnement ne sera pas décentralisé. Facebook conserverait la mainmise sur son fonctionnement. Le réseau social devra alors donner des garanties aux utilisateurs et aux acteurs financiers et lever les doutes sur sa capacité à respecter la vie privée et gérer des transactions. Dans cette perspective, Mark Zuckerberg aurait rencontré récemment le gouverneur du Trésor........

© atlantico