We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Une nouvelle directrice générale à la tête du FMI : mais au fait, qu’est-ce que ça change ?

5 4 0
02.10.2019

Michel Ruimy : Concrètement, lorsqu’un pays est confronté à une crise financière (défaut de paiement), le Fonds monétaire international (FMI) soutient celui-ci en lui octroyant des prêts afin de garantir sa solvabilité et d’empêcher l’éclatement d’une crise financière. À l’image de ce qui s’est passé en Grèce lors de la crise de la dette souveraine en zone euro.

Il est ainsi le dernier ressort en cas de manque de liquidités du système financier international. Les fonds apportés doivent éviter l’effet de contagion et des problèmes momentanés du manque de solvabilité de certains États ou d’une banque centrale. À cet égard, cette institution, bien que critiquée, a eu le souci de limiter l’impact des crises en augmentant grandement sa capacité de prêt, en relevant l’apport financier de chaque pays membre.

Parmi les nouvelles réformes engagées, il y a notamment celle de sa gouvernance. Pour être plus légitime, il a pris un ensemble de mesures qui tiennent mieux compte de l’importance des pays émergents. L’institution a aussi réformé ses instruments de prêt favorables aux pays à bas revenus. Les prêts sont maintenant plus importants, sont accordés plus rapidement et les conditions d’octroi ont aussi été rendues plus souples.

Il n’en demeure pas moins qu’il fait souvent l’objet de vives critiques de par son ingérence financière dans les affaires des États membres (Pour obtenir ces prêts supplémentaires, le pays en demande doit obligatoirement entreprendre des réformes économiques qui satisfassent le FMI, ceci afin de réguler la gestion des finances publiques dont le déficit et la dette sont deux symptômes) mais aussi lorsqu’il accorde des prêts, principalement aux pays africains.

Dans le premier cas, on se souvient de l’énorme bras de fer établi entre la........

© atlantico