We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Mais pourquoi la croissance de la France et de l’Allemagne est-elle systématiquement en-dessous de la croissance moyenne des pays membres de l’Union Européenne ?

3 1 0
11.07.2019

Michel Ruimy : Si la richesse créée devrait croître cette année et l’année prochaine dans l’ensemble des États membres de l’Union européenne, les prévisions de la Commission européenne confirment la montée des périls et un ralentissement économique très nettement perceptible. La croissance devrait être contrastée selon les régions : forte dans les pays de l’Europe centrale et orientale, Malte, Irlande, moins élevée notamment en Italie et en Allemagne.

Concernant la situation allemande, l’Office allemand de la statistique avait déjà constaté, au début de ce mois, un décrochage des commandes industrielles du payspar rapport à 2018, de l’ordre de 9%, soit le plus important recul en dix ans, date de la dernière récession enregistrée outre-Rhin.La situation allemande inquiète car le modèle de la première économie européenne est sous pression. Tournée vers l’exportation, et encore très dépendante de son industrie automobile en pleine mutation, elle n’a cessé de ralentir ces derniers mois. À l’opposé du ralentissement de 2011-2012, ce ne sont pas des pays périphériques de la zone qui sont aujourd'hui en cause, mais bien, en premier lieu, la locomotive de l’industrie allemande.

Pour la France, la Commission constate que bien que le climat des affaires et la confiance des consommateurs se portent bien dans l’Hexagone, elle s’attend à ce que la faiblesse de la demande extérieure pèse sur l’activité économique.En outre, notre pays reste en queue de peloton européen en termes de déficit public, ce qui laisse peu de marges de manœuvre au gouvernement Philippe pour réaliser la promesse du président Macron de réduire l’impôt sur le revenu des Français. Quant à la dette publique, elle devrait continuer à se rapprocher........

© atlantico