We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

FED, BPC, BCE : comment les banques centrales contre-attaquent face aux initiatives des géants du web

6 6 0
14.08.2019

Michel Ruimy : L’infrastructure américaine des transactions de paiement de détail est aujourd’hui, aussi surprenant qu’il n’y paraît, à la traîne par rapport à d’autres pays : le système actuel de paiement interbancaire ne fonctionne pas les week-ends et les paiements peuvent prendre encore plusieurs jours pour être effectivement crédités au compte du bénéficiaire. Cette vétusté contraste avec les nombreuses offres numériques de transferts d’argent entre particuliers portées par les « fintech » et les géants du web comme Paypal, qui a racheté l’application Venmo. Cette application a été massivement adoptée par les « millennials » américains au point de devenir un verbe : Je te venmo 20 dollars pour le dîner !

C’est pourquoi la Federal Reserve, qui a en tête le projet de cryptomonnaie Libra de Facebook, va, grâce à la technologie, moderniser son système de paiement et mettre en place un nouveau réseau. Son dispositif permettra le transfert quasi instantané des fonds jour et nuit, les week-ends et les jours de la semaine. En offrant une deuxième option sur le marché qui permettrait de réduire les coûts et d’améliorer l’efficacité, l’un des objectifs de la banque centrale américaine est de réduire la vulnérabilité du système financier en créant une résilience par la redondance.

Cette avancée, à première vue bénéfique pour tout le monde, ne fait toutefois pas l’unanimité. Les grandes banques (Bank of America, Citigroup, US Bancorp, JP Morgan…) avaient fait du lobbying pour empêcher qu’elle ne développe le nouveau système de paiement au motif qu’un système concurrentiel ralentirait fortement le déploiement des paiements plus rapides et que certaines banques de plus petite taille attendraient probablement que la banque centrale lance son système pour adopter cette nouvelle technologie.

Quant à la Chine, elle a déclaré que sa monnaie numérique nationale était opérationnelle. Contrairement aux cryptoactifs classiques, celle-ci sera entièrement sous le contrôle du gouvernement.

D’autres pays (Iran, Venezuela) ont déjà eu la même démarche afin de se protéger des sanctions économiques américaines et tenter de diminuer la dépendance de leur économie au dollar. Mais, la Chine poursuit un objectif plus ambitieux. Le pays va également développer sous forme d’application mobile un portefeuille virtuel qui permettra de convertir des yuans en cryptoactifs. Si, à terme, le pays souhaite utiliser cette monnaie numérique pour remplacer les espèces en........

© atlantico