We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

ADP : sous efficience de la gestion de l’Etat contre privatisation d’une rente oligopolistique, comment trancher ?

3 4 0
21.06.2019

Michel Ruimy :

ADP est déjà en situation de monopole sur le marché des installations aéroportuaires utilisées pour les transports aériens en provenance et à destination de l’Île-de-France. Il n’a aucun concurrent dans un rayon de 300 kilomètres. Sa zone de chalandise rassemble 25 millions d’habitants, dont le revenu moyen est supérieur à la moyenne française. Cette situation monopolistique ne pourrait être remise en cause que si les aéroports d’Orly et de Charles de Gaulle (CDG) étaient séparés, ce qui ne semble pas être une option à l’ordre du jour, ou si un troisième grand aéroport parisien était ouvert, ce qui a été une option parfois étudiée mais qui, le cas échéant, ne pourrait pas se réaliser avant au moins dix ans.

La théorie économique nous enseigne que toute entreprise privée en situation de monopole vend ses produits à un prix plus élevé et avec une qualité moins bonne qu’une entreprise en situation de concurrence. Le prix d’un monopole est d’autant plus élevé et la qualité de ses produits d’autant plus faible que ses clients y sont peu sensibles, ce qui est assez largement le cas de ceux d’ADP. En effet, la part des redevances aéroportuaires dans les billets d’avion est assez faible et les clients des commerces et services des aéroports internationaux sont assez largement captifs. En outre, la progression du trafic conduit régulièrement à une saturation des capacités d’accueil qui doivent alors être étendues en faisant de lourds investissements pour construire de nouveaux terminaux.

Sans intervention de l’Etat, un actionnaire privé d’ADP pourrait augmenter fortement ses prix, moins investir et dégrader la qualité de ses prestations. Cela réduirait un peu la consommation des produits fournis par ADP car certains passagers utiliseraient d’autres modes de transport vers l’Europe et / ou limiteraient leurs achats dans les terminaux. L’élasticité de cette consommation........

© atlantico