We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal

8 5 0
21.04.2019

Atlantico : Alors que les magasins « en vrac » connaissent un certain succès du fait d'une sensibilisation grandissante de la population aux problèmes de pollution par le plastique, plusieurs études ont démontré que la suppression des emballages plastiques pouvait conduire à une hausse des invendus dans les supermarchés. Comment expliquer ce résultat ?

Jean Hornain : Cette tendance du « vrac », comme d’autres nouveaux modes de consommation, montre d’abord, et cela va dans le bon sens, que la société cherche à agir pour l’environnement, à travers des choix de consommation responsable. Le tri et recyclage de l’emballage sont des dimensions essentielles de cette responsabilité. La notion de juste emballage est devenue centrale car l’emballage a des fonctionnalités essentielles pour le produit. L’emballage sert avant tout à le protéger, à le transporter et à préserver sa qualité. Si on le supprime, on supprime aussi toutes ces fonctionnalités, avec un risque pour sa conservation ou sa qualité, avec les risques associés que vous rappelez. En tant que tel, l’emballage limite le gaspillage alimentaire, comme il limite d’autres gaspillages liés par exemple à la dégradation du produit pendant son transport ou sa mise en rayons. Le juste emballage au contraire vise à permettre des emballages dont l’impact environnemental global est minimum.

........

© atlantico