We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Acte 23 des Gilets jaunes : répétition générale avant le grand soir du 1er mai ?

10 0 0
21.04.2019

Christophe Boutin : L’Acte XXIII devait effectivement, selon les services du ministère de l’Intérieur, être une reproduction de l’Acte XX, avec ses saccages alors opérés sur les Champs-Elysées par des Black blocs. Le nouveau préfet de police, Didier Lallement, remplaçant Michel Delpuech limogé justement après l’Acte XX, annonçait ainsi la présence d’« un bloc radical de 1.500 à 2.000 personnes » dans la capitale, composé d’ailleurs non pas uniquement de Blacks-blocs, mais aussi de ces « ultra-jaunes » comme on appelle maintenant les « Gilets jaunes radicalisés » qui ont adopté les méthodes violentes des Black-blocs.

Les « casseurs se sont à nouveau donné rendez-vous demain, dans certaines villes de France, à Toulouse, à Montpellier, à Bordeaux et en particulier à Paris », affirmait pour sa part vendredi le ministre de l’Intérieur, dont les services avaient mobilisé plus de 60.000 policiers et gendarmes, avec notamment des renforts à Toulouse, Montpellier, Bordeaux et bien sûr Paris. Deux secteurs étaient interdits à la manifestation dans la capitale : les Champs-Elysées et Notre-Dame, car selon le Didier Lallement il n’était n'est « pas raisonnable de faire passer des manifestations de 5.000 à 10.000 personnes » à proximité de l’édifice alors que touristes et badauds continuaient à venir se recueillir devant. De la même manière, on avait interdit, comme c’est maintenant l’habitude, les centres villes par exemple de Bordeaux Nantes, Rouen, Caen ou Toulouse, et même le rond-point de Saint-Etienne-du-Rouvray en Seine-Maritime.

Les figures historiques des « Gilets jaunes », Éric Drouet, Maxime Nicolle ou Jérôme Rodrigues, appelaient pour cet Acte XXIII les manifestants à venir à Paris, et les manifestations devant partir de la Gare du Nord, de la Porte Saint-Denis et de la place du Châtelet pour converger vers la Madeleine – mais à la Gare du Nord les « Gilets jaunes » ont été encerclés et conviés à rejoindre par métro la manifestation officielle partant de la Porte Saint-Denis. Des heurts ont eu lieu dans l’après-midi à proximité immédiate de la place de la République : pillages de quelques magasins par des individus habillés de noir, incendies de mobilier urbain, de voitures et de scooters sur les boulevards - le blocage du cortège boulevard Richard Lenoir n’ayant pas arrangé les choses. À Bordeaux (1.500 personnes), Montpellier (1.500), Marseille (1.000),........

© atlantico