We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Control Freaks : ce néo-stoïcisme des milliardaires de la tech californienne qui envahit le monde

11 3 0
23.04.2019

Bertrand Vergely: Martin Heidegger a expliqué que toute la philosophie, depuis son origine, médite essentiellement sur l’être. Par être, il faut entendre la réalité mais plus encore l’existence. Qu’est-ce qui fait que la réalité existe ? Qu’est-ce qui fait que nous sommes ici, là maintenant, et que nous existons ? Il n’est tout de même pas banal de vivre et qu’il y ait de la réalité. On devrait en avoir conscience. Quand on en a conscience, on voit le monde. On existe au sens fort. Pourquoi l’oublie-t-on ? Que faut-il pour ne pas l’oublier ?

Au VIème siècle avant Jésus-Christ, Parménide apporte une réponse à cette question à la suite d’une expérience proprement initiatique qu’il a vécue. L’être est parce qu’il ne peut pas ne pas être, indique-t-il. Il y a une puissance d’existence dans l’être qui va au-delà de tout. C’est ce que l’on appelle improprement le destin ou bien encore la nécessité, termes inadéquats parce que rendant mal compte de la puissance de vie qui se trouve dans l’être.

Toute l’Antiquité a médité sur cette parole de Parménide : « L’être ne peut pas ne pas être ». Les Stoïciens ont notamment médité sur elle en développant cette conclusion : il existe un ordre divin qui guide le monde. Si le monde est ce qui est, c’est parce qu’une puissance d’être proprement divine et nommée la Providence le fait exister. Sinon, il n’existerait pas.

Malgré les vicissitudes de la réalité, ne nous laissons pas déstabiliser. C’est cet ordre divin qui est réel et qui est toujours réel. Concrètement parlant : méditions sur cette puissance d’être. Cultivons la mémoire de celui-ci. Ne soyons pas, comme le dit Heidegger, dans l’oubli de l’être. On demeure serein face à ce qui arrive. On ne se laisse pas désarçonner par les tribulations du monde. On dépasse la souffrance, c’est-à-dire la situation de servitude dans l’existence qui fait que l’on est esclave des événements parce qu’ l’on subit ceux-ci sans les comprendre.

La philosophie des Stoïciens est une philosophie proprement extraordinaire pour une raison simple : elle incarne la sagesse dans notre monde. Il n’y en a pas d’autre. Considérons toutes les sagesses, toutes disent la même chose. Être sage consiste à accepter le monde tel qu’il est sans une once de révolte. Plus précisément, être sage consiste à accepter le monde tel qu’il est, pour découvrir en toute événement présent dans l’espace et dans le temps une occasion de sagesse et de progrès intérieur. Ce qui donne beaucoup de sérénité, de sagacité........

© atlantico