Il y a de cela quelques années, cet établissement musulman avait défrayé la chronique. On y enseignait la haine des Juifs. Cela s’est su grâce à deux enseignants, qui, à cause de cela, ont démissionné. Ils avaient confié les faits à Libération.

Le patron du lycée Avérroès, qui était en même temps président de l’UOIF, l’Union des organisations islamiques en France (dissoute depuis) leur avait intenté un procès en diffamation. Il a fort heureusement été débouté car il y a encore en France des juges honnêtes et courageux.

Suite à cette décision, Xavier Bertrand, le président de la région dont dépend le lycée Avérroès, avait cessé de leur verser des subsides.

Restait le contrat avec l’État qui était toujours en vigueur. Mais ça aussi c’est fini. Le préfet qui avait diligenté une enquête sur l’enseignement qui était prodigué dans cet établissement a découvert qu’on y trouvait des manuels scolaires prônant la mort comme apostasie. Il a donc mis fin au contrat. Le lycée Avérroès sera réduit à demander de l’argent au Qatar. Mais ça aussi c’est illicite.

Plus surprenante est la réaction du patron de Science Po Lille. Il a jugé que cette décision était « inéquitable ». Veut-il qu’on applique la peine de mort aux apostants ?

QOSHE - Le lycée Avérroès, c’est (presque) fini - Benoît Rayski
menu_open
Columnists Actual . Favourites . Archive
We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Le lycée Avérroès, c’est (presque) fini

7 32
07.12.2023

Il y a de cela quelques années, cet établissement musulman avait défrayé la chronique. On y enseignait la haine des Juifs. Cela s’est su grâce à deux enseignants, qui, à cause de cela, ont démissionné. Ils avaient confié les faits à Libération.

Le patron du lycée Avérroès, qui était en même temps........

© atlantico


Get it on Google Play