Quand on parlait de Gaza avant le 7 octobre, il était de bon ton de dire que c’était une prison à ciel ouvert. Une expression totalement vide de sens.

Gaza était ouvert à Rafah du côté égyptien. Quand l’Égypte laissait ce point de passage ouvert, ce qui n’arrivait pas souvent, les Gazaouis rentraient au compte-gouttes. Car le gouvernement du Caire ne voulait pas des Gazaouis islamisés chez lui.

Israël était plus souple. Il laissait les portes ouvertes, ou en tout cas entrouvertes, de cette supposée prison à ciel ouvert pour des milliers de travailleurs gazaouis. Ces derniers étaient soigneusement contrôlés pour qu’on vérifie que des terroristes du Hamas ne s’étaient pas glissés parmi eux.

On découvre leur existence car Israël, pour des raisons de sécurité, les a renvoyés chez eux.

Non, les Israéliens ne les ont pas tués. Ni même emprisonnés. Ils auraient pu le cas échéant servir de monnaie d’échange contre les otages israéliens détenus par le Hamas. Mais ce n’était pas d’actualité car le Hamas se fout des civils gazaouis...

QOSHE - Il y a (ou plutôt il y avait) de milliers de Gazaouis en Israël - Benoît Rayski
menu_open
Columnists Actual . Favourites . Archive
We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Il y a (ou plutôt il y avait) de milliers de Gazaouis en Israël

7 0
05.11.2023

Quand on parlait de Gaza avant le 7 octobre, il était de bon ton de dire que c’était une prison à ciel ouvert. Une expression totalement vide de sens.

Gaza était ouvert à Rafah du côté égyptien. Quand l’Égypte laissait ce point de passage ouvert, ce qui........

© atlantico

Get it on Google Play