Marie-Hélène Thoraval, la maire de Romans-sur-Isère, avait dit tout ce que d’autres n’avaient pas osé dire avant elle. C’est une femme honnête et courageuse.

Elle a évoqué l’aspect raciste de la tuerie de Crépol. Elle a nommé les voyous du quartier de la Monnaie, qu’elle connaît bien. Elle a rappelé que les parents de ces voyous étaient eux-mêmes des délinquants.

Que n’avait-elle pas dit la ? Depuis, le standard de sa mairie est submergé d’appels anonymes, émanant évidemment des copains des auteurs de la tuerie de Crépol. On y entend : « on va te décapiter ». Une illusion directe au sort du malheureux Samuel Paty. Ou encore « t’as une kalachnikov chez toi ? ».

Marie-Hélène Thoraval peut légitimement craindre pour sa vie. Elle n’est pas protégée par des gorilles, contrairement à tous les ministres qui ont tardivement réagi au drame de Crépol.

Mais elle peut compter sur le soutien de ses administrés. Il y a en effet à Romans-sur-Isère une majorité de braves gens. Certains d’entre eux se sont exprimés en disant qu’ils allaient, au besoin par la force, nettoyer le quartier de la Monnaie.

QOSHE - « On va te décapiter » - Benoît Rayski
menu_open
Columnists Actual . Favourites . Archive
We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

« On va te décapiter »

6 0
02.12.2023

Marie-Hélène Thoraval, la maire de Romans-sur-Isère, avait dit tout ce que d’autres n’avaient pas osé dire avant elle. C’est une femme honnête et courageuse.

Elle a évoqué l’aspect raciste de la tuerie de Crépol. Elle a nommé les voyous du quartier de la Monnaie,........

© atlantico

Get it on Google Play