We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

L’ami devenu gênant

5 8 0
14.09.2017

Le premier ministre Couillard a raison de dire que le poste de chef du cabinet est l’un des plus difficiles en politique. L’un des plus ingrats aussi : il ne reçoit aucun crédit pour les bons coups et porte inévitablement le blâme pour les mauvais.

Jean-Louis Dufresne sera demeuré en poste durant trois ans et demi, ce qui se situe dans la bonne moyenne. Les sept années que Jean-Roch Boivin a passées aux côtés de René Lévesque constituent une exception. Jean Charest a eu cinq chefs de cabinet en neuf ans.

S’il est vrai que le premier lieutenant du premier ministre se retrouve constamment coincé entre l’arbre et l’écorce, et qu’il doit épargner les tâches désagréables à son patron, cela ne signifie pas qu’il doit nécessairement se faire détester du caucus des députés.

M. Dufresne semble avoir pris pour modèle Mario Bertrand, dit « L’Abrasif », chef de cabinet de Robert Bourassa entre 1986 et 1989, dont les manières brutales sont demeurées légendaires. Pourtant, son mentor a plutôt été le successeur de M. Bertrand, John Parisella, surnommé « M. Nice Guy », qui entretenait d’excellentes relations non seulement avec les députés de son parti, mais aussi avec ceux de........

© Le Devoir