We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Commander un café à Vienne, quelle histoire !

5 3 85
13.01.2019

À Vienne, il faut toujours préciser quel genre de café on veut. Souvent on l’accompagne d’une pâtisserie. La plus célèbre ? La Sachertorte, bien sûr !

Le Café Central à Vienne. / Maurice Rougemont/Epicureans

Au Café Central, le garçon vient s’enquérir de ce que l’on veut. Innocemment, on répond : « Un café ! » Effarement de notre interlocuteur : « Un café, mais lequel ? » À Vienne, c’est la règle, on ne se contente pas de commander un café, il faut des précisions. Car il y en a de toutes sortes : un Kapuziner, c’est un petit noir agrémenté de quelques gouttes de lait.

Si on veut un café serré, sans lait, on demande un Schwarzer ou Mokka ; pour un café avec un nuage de lait, ce sera un Brauner. Pour un café avec – ou sans – lait, mais « allongé » d’eau bouillante, un Verlängerter. Mais le plus demandé, c’est le Melange, un café long avec du lait chaud et de la mousse de lait.

À Vienne, la magie des marchés de Noël

Le plus typique, c’est le Franziskaner, un Melange très clair, coiffé de crème Chantilly. Il y a aussi le Doppelter Einspänner – double Mokka servi dans un verre avec beaucoup de crème Chantilly –, le Fiaker – expresso servi également dans un verre mais avec du rhum cette fois –, ou encore le Türkischer – café en décoction à la mode orientale. Sont aussi servis, bien sûr, les très classiques expresso, cappuccino, caffè latte et Irish Coffee…

Ces boissons s’accompagnent souvent d’une pâtisserie. La plus raffinée – et la plus célèbre – de toutes, c’est la Sachertorte, spécialité de l’hôtel Sacher et – dans une version concurrente –........

© La Croix