We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Donald Trump s’en prend à l’armée cubaine, acteur économique clé de l’île

6 3 1
18.06.2017

Le président américain a interdit tout commerce avec le Groupe d’administration d’entreprises SA (Gaesa), vendredi 16 juin. Ce conglomérat d’État, lié à l’armée cubaine, contrôle une part importante de l’économie de l’île, actuellement exsangue.

L'hôtel cinq étoiles Manzana sur le Prado, à La Havane, appartient au conglomérat d’État cubain, et est géré par la chaîne de luxe suisse Kempinsk. / Ramon Espinosa/AP

C’est une offensive économique mais c’est bien l’armée cubaine qui est visée. En interdisant tout commerce avec le Groupe d’administration d’entreprises SA (Gaesa), vendredi 16 juin, le président américain Donald Trump s’en prend directement à l’armée cubaine qui contrôle ce conglomérat d’État.

Le Gaesa, bras économique des Forces armées révolutionnaires (FAR) est un acteur très proche du pouvoir castriste.

Dirigé par un général, Luis Alberto Rodriguez Lopez-Callejas, qui est aussi le gendre de Raoul Castro, le groupe est au cœur de nombreuses activités, notamment dans le secteur clé du tourisme qui fournit au régime les devises dont il a tant besoin pour payer ses importations.

Très opaque, le groupe se divise est plusieurs branches, dont l’incontournable Gaviota Tourism Group qui réunit les activités de tour-opérateur, d’hôtellerie ou de location de voiture.

Cette filiale revendique le titre de plus gros opérateur touristique de l’île avec « plus de 40 % de part de marché ». Le groupe offre plus 27 000 chambres et contrôle 62 des plus grands hôtels dont la gérance est souvent assurée par des groupes hôteliers internationaux.

À côté de Gaviota Tourism Group, Gaesa est également implanté dans d’autres secteurs à travers ses diverses filiales.

Tecnotex et Tecnoimport gèrent par exemple le secteur de l’import-export, tandis que d’autres branches s’occupent du commerce de détail, des services portuaires, du transport, de l’immobilier, des télécommunications ou de la « zone spéciale de développement » de Mariel, dans le nord-est du pays.

« Les entreprises contrôlées par........

© La Croix