We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

La république autoproclamée de Donetsk dicte son histoire contre Kiev

3 0 3
09.11.2018

Alors que le conflit dans l’Est de l’Ukraine se poursuit, l’administration séparatiste en charge de la région de Donetsk tente d’inculquer un nouveau récit national aux jeunes générations.

Le 2 septembre 2018 à Donetsk, lors de la cérémonie funéraire d’Alexandre Zakhartchenko, président de la république autoproclamée de Donetsk assassiné le 31 août. / Aleksey Filippov/AFP

Quand les enfants gagnent leurs chaises, dans le préau de l’école de Krasny-Partizan, à 30 km de Donetsk, seul le souffle léger du vidéoprojecteur accompagne un silence concentré. Chacun observe un temps de recueillement, alors que le portrait d’Alexandre Zakhartchenko, président de la république autoproclamée de Donetsk assassiné le 31 août dernier, s’affiche au fond de la salle.

La cérémonie célèbre le 75e anniversaire de la victoire de l’Armée Rouge contre les troupes allemandes dans la région du Donbass, en 1943. Six fillettes aux cheveux tressés s’avancent. Leurs deux professeures, habillées de robes à fleurs quasi semblables, leur soufflent les vers oubliés. Derrière elles, le diaporama mêle visages et époques. Des archives de la Seconde Guerre mondiale, la vidéo passe à des tirs d’artillerie ukrainiens et des civils en pleurs. Elle se termine sur les visages d’Angela Merkel, la chancelière allemande, et de Barack Obama, l’ancien président américain, comme pour dépeindre sans autres explications les responsables des malheurs de la région en guerre.

En Ukraine, l’assassinat d’un leader séparatiste ravive les tensions

Dans l’Est de l’Ukraine, les autorités de la République populaire de Donetsk, entité séparatiste soutenue par Moscou, refont l’histoire à leur façon, en accusant l’armée ukrainienne d’avoir une majorité de « fascistes » et de « néonazis » parmi ses rangs. « Ne croyez pas ce que vous trouvez sur Internet. Le désastre de la guerre de 1943 se reproduit aujourd’hui ! », interpelle Iouri Pokinteltsa, l’imposant député local devant les enfants figés.

Habillée en treillis, Christelle Néant, une........

© La Croix