We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Le secret des impastos de Rembrandt

6 8 2
22.01.2019

ARTS. Des physicochimistes de Grenoble et historiens de l’art d’Amsterdam viennent d’élucider un secret de la peinture de Rembrandt : l’empâtement ou « impasto ».

Au Siècle d’or, plusieurs œuvres de Rembrandt (1606-1669) présentent la particularité d’être très réfléchissantes à la lumière et d’augmenter la perceptibilité de l’œuvre. Cette propriété physique est-elle due à la nature particulière des colorants ou pigments employés ? Pour le savoir, des historiens de l’art et des physicochimistes, néerlandais et français, ont cherché à identifier les composés de la peinture au moyen d’un des instruments d’analyse les plus performants au monde, le synchrotron européen de Grenoble (ESRF) (1).

Des techniques de pointe pour analyser les œuvres d’art

L’empâtement (2) est une couche de peinture épaisse posée sur la toile en quantité suffisamment importante pour donner du relief, une troisième dimension, à certaines parties du tableau. Les scientifiques savaient que Rembrandt avait obtenu l’effet d’empâtement en utilisant des matériaux disponibles aux Pays-Bas au XVIIe siècle, à savoir le blanc de plomb, un mélange de carbonates de plomb (cérusites) et des liants organiques, principalement l’huile de lin, une plante cultivée dans le Nord. Cependant, la recette précise restait inconnue jusqu’à ce jour.

« Le portrait de Marten Soolemans » par Rembrandt / Robert Erdmann, Carola van Wijk (Rijksmuseum)

Le synchrotron, qui a été utilisé pour percer le mystère, est une machine produisant des faisceaux de particules élémentaires (électrons,........

© La Croix