We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Les coopératives, des septuagénaires dynamiques

6 19 0
14.09.2017

Les coopératives, qui fêtent leurs 70 ans, représentent 5 % de l’emploi salarié en France. Présentes dans tous les secteurs, elles gagnent du terrain dans la dynamique de la loi sur l’économie sociale et solidaire de 2014.

Un employé de la coopérative fruitière La Jardinière, à Ille-sur-Tet (Pyrénées-Orientales). / Raymond Roig/AFP

La France est deuxième pays au monde après la Nouvelle-Zélande en matière de coopératives. Ce secteur, qui représente 5 % de l’emploi salarié du pays, fête depuis mercredi 13 septembre ses 70 ans, avec l’événement Planète coopérative, organisé par Coop Fr, son organisation représentative.

Présent dans tous les domaines, de l’agriculture à l’industrie, en passant par le commerce, il compte des géants économiques, comme le Groupe Up (ex Chèque Déjeuner), les supermarchés Leclerc ou le Crédit agricole, mais aussi des représentants de l’économie de demain, le numérique ou la transition écologique. Leur réussite s’explique par des facteurs techniques et humains, l’implication et la motivation des coopérateurs pour leur outil de travail, mais aussi l’ancrage territorial.

reportage : Depuis Mortain, Acome exporte ses câbles coopératifs

Les coopératives sont à la fois des entreprises à part entière, obligées à de bons résultats pour fonctionner, et des entreprises entièrement à part, parce que leur propriété appartient à ses associés, qu’ils soient en même temps salariés, consommateurs ou agriculteurs.

Trente ans après son démarrage, le réseau Biocoop est ainsi le plus grand réseau de magasins bio en France : plus de 400 boutiques, 25 ouvertures par an et un milliard d’euros de chiffre d’affaires. La tête du réseau est une coopérative loi 1947, qui aide les magasins associés à se structurer, à s’approvisionner et à se développer, au travers de quatre plateformes logistiques régionales, d’une société de transports et d’un millier de salariés au siège.

à lire : L’oignon doux des Cévennes, une aventure collective

« Chaque magasin, qu’il soit lui-même coop ou SARL classique, cotise à notre réseau, explique Claude Gruffat, son président. Cela fait notre force. Lors de la crise de la distribution en 2010, le modèle coopératif nous a sauvé la mise », grâce à la solidarité entre associés.

Le lien fort entre la coopérative et ses membres s’exprime dans la proximité. « Nos Scop ne peuvent pas être délocalisées,........

© La Croix