We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Nicolas Gardères : "Je ne fais de tri ou de hiérarchie, ni entre les libertés ni entre les parias"

5 1 0
22.01.2019

Nicolas Gardères : Je ne pense pas qu’il doive y avoir de limite de principe. Praticien des libertés fondamentales, je défends les personnes dont les libertés fondamentales sont violées. Je ne fais de tri ou de hiérarchie, ni entre les libertés ni entre les parias. Pour reprendre vos exemples, défendre la liberté d’association d’Ayoub, la liberté d’expression de Riposte Laïque ou la liberté de conscience et de culte des musulmans participe exactement de la même logique. Cela n’a aucun sens de défendre la liberté des uns en refusant de défendre celle des autres. On sait bien d’ailleurs que la défense de la liberté d’expression par l’extrême droite est une fumisterie, puisqu’il n’y est question que de la leur. Comme avocat, je ne suis pas le militant d’un camp ou d’une cause. La dissolution de l’association d’Ayoub ou la suppression des menus de substitution au porc dans les cantines scolaires ne m’ont pas empêché de dormir. Ce qui m’empêche de dormir, c’est le risque de voir la société glisser vers une situation de dégradation généralisée des libertés et de l’Etat de droit. De braves gens pensent qu’il est parfaitement justifié de s’éloigner du respect scrupuleux du droit pour éliminer les méchants. Je trouve........

© atlantico